Documentaire, réalisé par Barbet Schroeder

Synopsis: Schroeder donne la parole à Wirathu, un moine boudhiste extrémiste et qui prone la haine contre les musulmans. Le documentaire était précédé par un court-métrange sur la haine.

 

Le court-métrage montré avant le film est presque indispensable pour ne pas se laisser envahir par la haine du second.

Barbet Schroeder a une propriété et quelqu'un a massacré ses arbres. Il est envahi par la haine pour ceux qui ont fait ça. Alors qu'il se laissait envahir par ce sentiment, il a cherché à savoir pourquoi il ressentait ça ainsi en discutant avec un philosophe. Et il fait l'analogie de sa haine envers son voisin avec la haine de Wirathu contre les musulmans.

 

Le documentaire : en préface, il nous parle de la religion du bouddhisme en Birmanie (pays de Wirathu) qui est le Theravada, pratiqué par 89% de la population.

Le bouddhisme est profondément ancré dans le pays. La culture bouddhiste est dans toutes les rues, toutes les traditions de la Birmanie.

Ensuite, il s'interresse plus particulière à Wirathu. C'est un bouddhiste extrémiste qui milite pour l'extermination des Rohingya (minorité musulmane en Birmanie). Ca fait des décennis que ces massacres (cette haine) ont lieu... 

Documentaire dur. Je n'en suis pas sorti à l'aise. J'ai dans ma tête les images des bonzes, des bouddhistes qui pronent la paix et l'amour... Sur le coup, j'ai trouvé ça très à charge et avec pas beaucoup de raison d'espérer... mais cette terreur a toujours lieu maintenant et ceux qui protègent les Rohingya sont eux aussi massacrés.

J'en suis ressortie avec la conviction encore plus maintenant que «L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité ; seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine ; seul l'amour le peut.»
- Extrait du journal Wall Street Journal - 13 Novembre 1962 , Marthin Luther King